Burn out parental, ne pas culpabiliser

Un bref retour en arrière :
L’éducation jusque dans les années 70 se faisait par le biais de l’autorité paternel, même la femme était soumise à son autorité (pas de droite de vote, de travailler sans son autorisation…). Dès lors, dans la plupart des familles, la peur du père servait de garde-fou. De plus, la place de l’enfant….euh quelle place en fait ? il n’y en avait peu ! Jusqu’à ce que Dolto et d’autres lancent une petite révolution sur la place de nos chérubins dans les familles.

Depuis, les femmes ont aussi acquis une place différente, de plus en plus libérée, elles cherchent leur rôle dans la société. Mère, femme au foyer, femme active sur le marché du travail, femme séductrice… Et le père aussi cherche comment s’y retrouver dans ce big bang familial.

Tous ces changements ont eu lieu en quelques années et l’éducation qui se faisait auparavant par la peur et la soumission est obsolète. On en veut plus ! Mais les alternatives ne sont pas instinctives et c’est difficile de trouver sa voie dans ce melting pot de directives éducationnelles.

Eh oui, c’est un sacré défi que les parents d’aujourd’hui doivent affronter ! Je dis affronter, car ce n’est pas évident de faire face au jugement des autres qui y vont tous de leur grain de sel pour dire comment il faudrait faire. Perdre pied est légitime et demander de l’aide n’est pas une honte, au contraire, c’est avoir conscience de l’énormité du changement de société qui a lieu sous nos yeux !

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s