Les parents ont eux aussi des sentiments

Je préparais cet après-midi un atelier pour les parents, j’ai relu des passages de « Parler pour que les tout-petits écoutent » de « Faber et Mazlish » et je suis tombée sur un passage que j’aimerai partager !

Quand on parle de communication bienveillante, on peut avoir l’impression que le parent reste zen et ne se fâche jamais. Pourtant, si on veut que nos enfants se sentent libres d’exprimer leurs sentiments, il faut leur montrer l’exemple.

Comment le faire en étant bienveillant ? En s’exprimant en « je » et en ne parlant que de ses sentiments sans attaquer la personnalité de l’enfant. Par exemple « je n’aime pas me faire parler sur ce ton, ça ne me donne pas envie de t’écouter ! » ou « Je suis énervée de voir toutes les vestes par terre ! »

Parfois, on est tellement en colère que les mots sortent sans contrôle et il est bon de pouvoir revenir dessus plus tard « Eh, ça m’a beaucoup contrarié quand tu as dit que j’étais méchante et ça t’a beaucoup contrariée que je ne te laisse pas aller chez ta copine, quand tu auras envie d’en discuter à nouveau, viens me voir et nous essayerons de trouver des solutions à ce problème ».

Si on est capable de sentir que nous sommes sur le point d’exploser, disons-le à l’enfant : « Là ce n’est pas le moment, je me sens comme un dragon sur le point de cracher du feu, on en reparle plus tard » et essayons de trouver des moyens qui nous permettent de revenir au calme : sortir, s’enfermer dans une chambre, écouter de la musique,… ce qui vous fait du bien pour ensuite revenir frais et dispo !

Ce n’est vraiment pas simple de gérer ses émotions et soyons doux avec nous-mêmes quand nous n’y arrivons pas. Nous montrons aussi à nos enfants que cela peut arriver et qu’on peut trouver des moyens de renouer ensuite avec l’autre, qu’on est apte à revenir sur un problème pour le régler !

Valérie

parler-pour-que-les-tout-petits-écoutent

Education bienveillante – FEMINA

Très bon article dans FEMINA qui remet en perspective l’éducation bienveillante prônée aujourd’hui. Vous vous dites « Mais, ils se tirent une balle dans le pied » ! Non, au contraire, c’est important de dire tout haut qu’il y a plein de beaux outils et de ressources à aller chercher mais qu’il faut rester indulgent avec soi-même et ne pas se fixer la barre trop haute en matière d’éducation pour finir par tout lâcher et revenir à des vieilles méthodes ou faire un burn-out !
Je pense qu’apprendre la communication bienveillante est vraiment une aide au quotidien, que ça soit dans ses relations familiales ou en société et quand on est en état de l’utiliser, tant mieux ! Malheureusement, parfois, nous passons par des moments difficiles émotionnellement ou de fatigue physique et on hurle, on dit des choses qu’on regrette…cela fait de nous des êtres humains et nous pouvons aussi montrer à nos enfants que ça arrive. En étant indulgent avec nous-même, nous apprenons à nos enfants à l’être avec eux-mêmes.
Valérie

http://www.femina.ch/societe/famille/education-bienveillante-parents-imparfaits-approximative-livre-agnes-labbe-temoignages-mamans-famille-enfants-deculpabiliser-decomplexer-confiance-soi-avis-experts-isabelle-filliozat?fbclid=IwAR3YaISOB0lfqNKHaHrOYhlZWK-40hRHOF7GuMJNMnl-ZEmxut3Vqa_Wp-0

Burn out, peut-on prévenir ?

Les signes du burn-out peuvent parfois nous apparaître assez tôt pour mettre en place des changements afin de ne pas se brûler les ailes.

Il se peut qu’à ce stade, on ne trouve plus de ressources, on les pense épuisées et une aide extérieure peut permettre de changer son regard. Grâce au coaching, on peut trouver les leviers qui peuvent encore être actionnés.

mini-flyer